Accueil > Formations > Météorologie > LES HYDRAVIONS DE LA GRANDE GUERRE


LES HYDRAVIONS DE LA GRANDE GUERRE


 

Météorologie

LES HYDRAVIONS DE LA GRANDE GUERRE

Editions Cépadues
Ref. produit : 1186
Le 28 mars 1910, une machine volante décolle de l’élément liquide avant de s’y reposer. Une première mondiale, œuvre du pionnier français Henri Fabre. Le 13 avril 1912, un autre pionnier français, François Denhaut, fait de même avec un engin d’une architecture nouvelle, sorte de canot doté d’une voilure. Coexisteront alors deux types de machines, à flotteurs (floatplane), et à coque (flying boat).

Quantité  
15.00 €
DESCRIPTION DU PRODUIT :
Le 28 mars 1910, une machine volante décolle de l’élément liquide avant de s’y reposer. Une première mondiale, œuvre du pionnier français Henri Fabre. Le 13 avril 1912, un autre pionnier français, François Denhaut, fait de même avec un engin d’une architecture nouvelle, sorte de canot doté d’une voilure. Coexisteront alors deux types de machines, à flotteurs (floatplane), et à coque (flying boat).
La Grande Guerre impose l’emploi militaire de l’aviation. Dès lors, il s’avère pertinent d’utiliser des appareils marins en environnement maritime (d’autant que les moteurs ont encore à gagner en fiabilité) et pour les mêmes tâches que leurs homologues terrestres, dans un premier temps l’observation. Les spécificités du combat naval vont cependant conduire l’hydravion, opérant au départ de bases côtières, voire à partir de bateaux aménagés, à progresser en puissance et en endurance pour diversifier ses missions : sauvetage en mer, exploration et patrouille (reconnaissance lointaine et protection de convois), bombardement de navires et d’objectifs terrestres, torpillage, et même chasse.